Autre

Brasserie BTU Cuisine chinoise et brasserie à venir à NE Sandy

Brasserie BTU Cuisine chinoise et brasserie à venir à NE Sandy



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Il est rafraîchissant de trouver une nouvelle brasserie de démarrage intéressante à Portland comme BTU Brasserie, une brasserie combinée et un restaurant chinois qui arrive à Portland cet été. BTU est peut-être le premier combo restaurant/brasserie chinois dont j'ai entendu parler aux États-Unis (bien que le Wyoming ait la brasserie Thai Me Up). Cependant, BTU adhère à la longue tradition des restaurants et des brasseries asiatiques locaux qui sont entièrement gérés par des Blancs.
Cliquez ici pour lire le reste de cette publication!


Brasserie BTU Cuisine chinoise et brasserie à venir à NE Sandy - Recettes

À peine le papier d'emballage a-t-il touché le sol le jour de Noël que les meilleures listes de 2014 ont commencé à s'accumuler. celui de l'Oregon l'encart de revue de l'année, y compris la colonne Year in Beer de John Foyston, est arrivé le lendemain de Noël. Vous ne voulez pas laisser ces listes s'attarder. vous pourriez vous faire ramasser.

Ce fut sans aucun doute une année folle pour la bière à Portland et en Oregon. Nous avons vu un certain nombre de nouvelles brasseries, taprooms et entreprises axées sur la bière ouvrir leurs portes. La production et la part de marché ont continué de croître. L'abandon des styles traditionnels s'est poursuivi, tout comme le blitz ininterrompu de soi-disant « événements spéciaux ». Ce sont des temps fous pour la bière artisanale, ou comme vous préférez l'appeler.

Tendance intéressante
Nous avons vu un grand nombre de brasseries et d'entreprises axées sur la bière ouvrir au cours des dernières années. La grande majorité de ces lieux avaient des origines locales. Cela est en train de changer avec l'arrivée de lieux comme Fat Heads et Yard House, dont les origines corporatives se situent en dehors de l'Oregon.

Certains ont décrit cela comme un symptôme d'une industrie en pleine maturité, et c'est peut-être ce que c'est. Mais l'industrie de la bière artisanale de l'Oregon est en grande partie locale et j'ai eu du mal à voir beaucoup de valeur dans les sacs à tapis qui arrivent en ville depuis l'extérieur de l'État et s'installent.

Ensuite, j'ai passé du temps à parler à Josh Grgas lors de la récente fête d'anniversaire de The Commons. Il a suggéré que ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée d'ouvrir des endroits comme Fat Heads et Yard House ici. Pourquoi? Parce que les endroits qui brassent ou servent de la bonne bière sont bons pour la culture de la bière. ils augmentent la concurrence et mettent la pression sur les endroits qui ne font pas du bon travail avec la bière.

Je suppose que nous verrons plus d'entreprises centrées sur la bière, dont certaines sont des bagbaggers, ouvrir à Portland. Nous sommes le premier marché de bière artisanale du pays et il y a ici des opportunités pour les endroits qui le font bien. Ceux qui produisent ou servent de la bière marginale feront un meilleur travail ou fermeront. Je suppose que ce n'est pas une mauvaise chose, même si je crains que nous n'atteignions finalement un point de saturation où il est difficile pour quiconque de faire des bénéfices. Mais peu importe.

Meilleure brasserie
La question que je reçois le plus souvent est « Quelle est votre brasserie préférée ? » Ce n'est pas une question injuste. Mais la réalité pour moi, c'est que je passe moins de temps dans les brasseries qu'avant. J'ai tendance à privilégier les taprooms où je peux déguster une large gamme de bières. N'en déplaise aux brasseries, où j'ai de nombreux amis et amis, mais les taprooms me conviennent mieux ces jours-ci.

Quand je pense à une "meilleure brasserie", je recherche la qualité, la créativité et la variété. Sous la direction de Ben Edmunds, Breakside Brewing a produit de très belles bières de saison et de spécialité (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout et La Tormenta) pour accompagner leurs excellents standards (Pilsner, IPA, etc.). remportant des médailles GABF avec leurs deux IPA.

Breakside obtient donc mon vote pour la meilleure brasserie cette année. Les avis seront différents.

Meilleure bière
Pour être considérée comme ma bière de l'année, une bière doit avoir une distribution suffisamment large pour pouvoir être trouvée dans les magasins et/ou les pubs. Les bières dont la production est extrêmement limitée et qui ne sont généralement pas accessibles au public ne sont pas prises en compte ici. Je pourrais citer de nombreux exemples, mais je ne le ferai pas.

Mon choix comme bière de l'année est 3-Way IPA, une collaboration entre Fort George, Block 15 et Boneyard Beer. La bière combinait un éclat d'arôme et de saveur de houblon avec une pointe d'amertume. Comme beaucoup de ceux qui lisent ceci peuvent le savoir, 3-Way IPA est une collaboration estivale saisonnière et annuelle organisée par Fort George. Il est disponible à la pression et en canettes de juin à septembre.

La demande pour la version 3-Way de cette année était décrochée et il y a eu une grande déception lorsque l'approvisionnement s'est épuisé. Les chiffres de Fort George confirment que 2014 3-Way a surpassé la version 2013 par une large marge. Il y aura deux nouvelles brasseries dans le mix en 2015. Peu importe qui elles sont, nous ne pouvons qu'espérer que la bière soit aussi bonne qu'en 2014.

Voleur de l'année
J'emprunte le thème "Rogue" à Semaine Willamette. Certains pourraient aimer si je doigte WW le scribe de la bière Martin Cizmar pour son histoire sur Dean's Scene, qui a conduit de manière détournée à la fermeture du lieu pendant un certain temps. Mais les problèmes qui ont conduit l'OLCC à fermer Dean's Scene étaient la faute du propriétaire, pas celle de Cizmar. Alors il est sorti.

My Rogue pour 2014 (ou toute autre année) est une entreprise qui a refusé d'envisager de faire de la bonne bière. Au lieu de cela, il a travaillé avec diligence pour garder la bière artisanale hors des étagères des magasins et loin des robinets des tavernes et des restaurants. Il a créé de fausses marques artisanales et utilisé des prix prédateurs pour intimider la bière artisanale. Aujourd'hui, confrontée à une forte baisse de la demande pour ses propres marques chancelantes, l'entreprise a eu recours à l'achat de marques artisanales. Cette société, bien sûr, est Anheuser-Busch.

De nombreux habitants de l'Oregon ont été consternés lorsqu'ils ont appris qu'Anheuser-Busch avait acheté Bend's 10 Barrel Brewing. C'était normal d'être consterné, mais pas surpris. Anheuser-Busch s'intéresse moins à la bière qu'à la logistique et au marketing depuis un certain temps. Ils se spécialisent dans l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement et les campagnes de marketing. La bonne bière n'est pas dans leur ADN, ce qui signifie qu'ils doivent sortir et l'acheter. Ainsi, l'accord d'achat de 10 barils. Et avant ça, Goose Island. Il y en aura d'autres.

Il y a ceux qui disent que ces rachats ne sont pas une mauvaise chose, que Goose Island et 10 Barrel vont très bien se passer sous l'aile AB. Peut-être. Mais la bière artisanale dans sa forme la plus pure et sans doute la meilleure est petite, indépendante et locale. Je ne peux m'empêcher de craindre que le partenariat avec une entreprise dont les principaux domaines d'expertise sont la réduction des coûts et le marketing prédateur ne soit peut-être pas de bon augure pour l'industrie. Nous verrons.

En avant et vers le haut
J'hésite à faire des pronostics pour l'année à venir en bière. Nous verrons sans aucun doute une continuation de la folie qui a caractérisé la scène de la bière de l'Oregon ces dernières années. Cela signifie plus de brasseries, plus de taprooms, plus d'entreprises centrées sur la bière et bien d'autres événements pour soutenir tout cela. Je n'ai aucune idée de la direction que prend ce train, mais c'est intéressant et amusant d'observer l'évolution.

Où que votre voyage vous mène, assurez-vous de déguster de bonnes bières en cours de route.


Brasserie BTU Cuisine chinoise et brasserie à venir à NE Sandy - Recettes

À peine le papier d'emballage a-t-il touché le sol le jour de Noël que les meilleures listes de 2014 ont commencé à s'accumuler. celui de l'Oregon l'encart de revue de l'année, y compris la colonne Year in Beer de John Foyston, est arrivé le lendemain de Noël. Vous ne voulez pas laisser ces listes s'attarder. vous pourriez vous faire ramasser.

Ce fut sans aucun doute une année folle pour la bière à Portland et en Oregon. Nous avons vu un certain nombre de nouvelles brasseries, taprooms et entreprises axées sur la bière ouvrir leurs portes. La production et la part de marché ont continué de croître. L'abandon des styles traditionnels s'est poursuivi, tout comme le blitz ininterrompu de soi-disant « événements spéciaux ». Ce sont des temps fous pour la bière artisanale, ou comme vous préférez l'appeler.

Tendance intéressante
Nous avons vu un grand nombre de brasseries et d'entreprises axées sur la bière ouvrir au cours des dernières années. La grande majorité de ces lieux avaient des origines locales. Cela est en train de changer avec l'arrivée de lieux comme Fat Heads et Yard House, dont les origines corporatives se situent en dehors de l'Oregon.

Certains ont décrit cela comme un symptôme d'une industrie en pleine maturité, et c'est peut-être ce que c'est. Mais l'industrie de la bière artisanale de l'Oregon est en grande partie locale et j'ai eu du mal à voir beaucoup de valeur dans les sacs à tapis qui arrivent en ville depuis l'extérieur de l'État et s'installent.

Ensuite, j'ai passé du temps à parler à Josh Grgas lors de la récente fête d'anniversaire de The Commons. Il a suggéré que ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée d'ouvrir des endroits comme Fat Heads et Yard House ici. Pourquoi? Parce que les endroits qui brassent ou servent de la bonne bière sont bons pour la culture de la bière. ils augmentent la concurrence et mettent la pression sur les endroits qui ne font pas du bon travail avec la bière.

Je suppose que nous verrons plus d'entreprises centrées sur la bière, dont certaines sont des bagbaggers, ouvrir à Portland. Nous sommes le premier marché de bière artisanale du pays et il y a ici des opportunités pour les endroits qui le font bien. Ceux qui produisent ou servent de la bière marginale feront un meilleur travail ou fermeront. Je suppose que ce n'est pas une mauvaise chose, même si je crains que nous n'atteignions finalement un point de saturation où il est difficile pour quiconque de faire des bénéfices. Mais peu importe.

Meilleure brasserie
La question que je reçois le plus souvent est « Quelle est votre brasserie préférée ? » Ce n'est pas une question injuste. Mais la réalité pour moi, c'est que je passe moins de temps dans les brasseries qu'avant. J'ai tendance à privilégier les taprooms où je peux déguster une large gamme de bières. N'en déplaise aux brasseries, où j'ai de nombreux amis et amis, mais les taprooms me conviennent mieux ces jours-ci.

Quand je pense à une "meilleure brasserie", je recherche la qualité, la créativité et la variété. Sous la direction de Ben Edmunds, Breakside Brewing a produit de très belles bières de saison et de spécialité (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout et La Tormenta) pour accompagner leurs excellents standards (Pilsner, IPA, etc.). remportant des médailles GABF avec leurs deux IPA.

Breakside obtient donc mon vote pour la meilleure brasserie cette année. Les avis seront différents.

Meilleure bière
Pour être considérée comme ma bière de l'année, une bière doit avoir une distribution suffisamment large pour pouvoir être trouvée dans les magasins et/ou les pubs. Les bières dont la production est extrêmement limitée et qui ne sont généralement pas accessibles au public ne sont pas prises en compte ici. Je pourrais citer de nombreux exemples, mais je ne le ferai pas.

Mon choix comme bière de l'année est 3-Way IPA, une collaboration entre Fort George, Block 15 et Boneyard Beer. La bière combinait un éclat d'arôme et de saveur de houblon avec une pointe d'amertume. Comme beaucoup de ceux qui lisent ceci peuvent le savoir, 3-Way IPA est une collaboration estivale saisonnière et annuelle organisée par Fort George. Il est disponible à la pression et en canettes de juin à septembre.

La demande pour la version 3-Way de cette année était décrochée et il y a eu une grande déception lorsque l'offre s'est épuisée. Les chiffres de Fort George confirment que 2014 3-Way a surpassé la version 2013 par une large marge. Il y aura deux nouvelles brasseries dans le mix en 2015. Peu importe qui elles sont, nous ne pouvons qu'espérer que la bière soit aussi bonne qu'en 2014.

Voleur de l'année
J'emprunte le thème "Rogue" à Semaine Willamette. Certains pourraient aimer si je doigte WW le scribe de la bière Martin Cizmar pour son histoire sur Dean's Scene, qui a conduit de manière détournée à la fermeture du lieu pendant un certain temps. Mais les problèmes qui ont conduit l'OLCC à fermer Dean's Scene étaient la faute du propriétaire, pas celle de Cizmar. Alors il est sorti.

My Rogue pour 2014 (ou toute autre année) est une entreprise qui a refusé d'envisager de faire de la bonne bière. Au lieu de cela, il a travaillé avec diligence pour garder la bière artisanale hors des étagères des magasins et loin des robinets des tavernes et des restaurants. Il a créé de fausses marques artisanales et utilisé des prix prédateurs pour intimider la bière artisanale. Aujourd'hui, confrontée à une forte baisse de la demande pour ses propres marques chancelantes, l'entreprise a eu recours à l'achat de marques artisanales. Cette société, bien sûr, est Anheuser-Busch.

Beaucoup dans l'Oregon ont été consternés lorsqu'ils ont appris qu'Anheuser-Busch avait acheté Bend's 10 Barrel Brewing. C'était normal d'être consterné, mais pas surpris. Anheuser-Busch s'intéresse moins à la bière qu'à la logistique et au marketing depuis un certain temps. Ils se spécialisent dans l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement et les campagnes de marketing. La bonne bière n'est pas dans leur ADN, ce qui signifie qu'ils doivent sortir et l'acheter. Ainsi, l'accord d'achat de 10 barils. Et avant ça, Goose Island. Il y en aura d'autres.

Il y a ceux qui disent que ces rachats ne sont pas une mauvaise chose, que Goose Island et 10 Barrel vont très bien se passer sous l'aile AB. Peut-être. Mais la bière artisanale dans sa forme la plus pure et sans doute la meilleure est petite, indépendante et locale. Je ne peux m'empêcher de craindre que le partenariat avec une entreprise dont les principaux domaines d'expertise sont la réduction des coûts et le marketing prédateur ne soit peut-être pas de bon augure pour l'industrie. Nous verrons.

En avant et vers le haut
J'hésite à faire des pronostics pour l'année à venir en bière. Nous verrons sans aucun doute une continuation de la folie qui a caractérisé la scène de la bière de l'Oregon ces dernières années. Cela signifie plus de brasseries, plus de taprooms, plus d'entreprises centrées sur la bière et bien d'autres événements pour soutenir tout cela. Je n'ai aucune idée de la direction que prend ce train, mais c'est intéressant et amusant d'observer l'évolution.

Où que votre voyage vous mène, assurez-vous de déguster de bonnes bières en cours de route.


Brasserie BTU Cuisine chinoise et brasserie à venir à NE Sandy - Recettes

À peine le papier d'emballage a-t-il touché le sol le jour de Noël que les meilleures listes de 2014 ont commencé à s'accumuler. celui de l'Oregon l'encart de revue de l'année, y compris la colonne Year in Beer de John Foyston, est arrivé le lendemain de Noël. Vous ne voulez pas laisser ces listes s'attarder. vous pourriez vous faire ramasser.

Ce fut sans aucun doute une année folle pour la bière à Portland et en Oregon. Nous avons vu un certain nombre de nouvelles brasseries, taprooms et entreprises axées sur la bière ouvrir leurs portes. La production et la part de marché ont continué de croître. L'abandon des styles traditionnels s'est poursuivi, tout comme le blitz ininterrompu de soi-disant « événements spéciaux ». Ce sont des temps fous pour la bière artisanale, ou comme vous préférez l'appeler.

Tendance intéressante
Nous avons vu un grand nombre de brasseries et d'entreprises axées sur la bière ouvrir au cours des dernières années. La grande majorité de ces lieux avaient des origines locales. Cela est en train de changer avec l'arrivée de lieux comme Fat Heads et Yard House, dont les origines corporatives se situent en dehors de l'Oregon.

Certains ont décrit cela comme un symptôme d'une industrie en pleine maturité, et c'est peut-être ce que c'est. Mais l'industrie de la bière artisanale de l'Oregon est en grande partie locale et j'ai eu du mal à voir beaucoup de valeur dans les sacs à tapis qui arrivent en ville depuis l'extérieur de l'État et s'installent.

Ensuite, j'ai passé du temps à parler à Josh Grgas lors de la récente fête d'anniversaire de The Commons. Il a suggéré que ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée d'ouvrir des endroits comme Fat Heads et Yard House ici. Pourquoi? Parce que les endroits qui brassent ou servent de la bonne bière sont bons pour la culture de la bière. ils augmentent la concurrence et mettent la pression sur les endroits qui ne font pas du bon travail avec la bière.

Je suppose que nous verrons plus d'entreprises centrées sur la bière, dont certaines sont des bagbaggers, ouvrir à Portland. Nous sommes le premier marché de bière artisanale du pays et il y a ici des opportunités pour les endroits qui le font bien. Ceux qui produisent ou servent de la bière marginale feront un meilleur travail ou fermeront. Je suppose que ce n'est pas une mauvaise chose, même si je crains que nous n'atteignions finalement un point de saturation où il est difficile pour quiconque de faire des bénéfices. Mais peu importe.

Meilleure brasserie
La question que je reçois le plus souvent est « Quelle est votre brasserie préférée ? » Ce n'est pas une question injuste. Mais la réalité pour moi, c'est que je passe moins de temps dans les brasseries qu'avant. J'ai tendance à privilégier les taprooms où je peux déguster une large gamme de bières. N'en déplaise aux brasseries, où j'ai de nombreux amis et amis, mais les taprooms me conviennent mieux ces jours-ci.

Quand je pense à une "meilleure brasserie", je recherche la qualité, la créativité et la variété. Sous la direction de Ben Edmunds, Breakside Brewing a produit de très belles bières de saison et de spécialité (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout et La Tormenta) pour accompagner leurs excellents standards (Pilsner, IPA, etc.). remportant des médailles GABF avec leurs deux IPA.

Breakside obtient donc mon vote pour la meilleure brasserie cette année. Les avis seront différents.

Meilleure bière
Pour être considérée comme ma bière de l'année, une bière doit avoir une distribution suffisamment large pour pouvoir être trouvée dans les magasins et/ou les pubs. Les bières dont la production est extrêmement limitée et qui ne sont généralement pas accessibles au public ne sont pas prises en compte ici. Je pourrais citer de nombreux exemples, mais je ne le ferai pas.

Mon choix comme bière de l'année est 3-Way IPA, une collaboration entre Fort George, Block 15 et Boneyard Beer. La bière combinait un éclat d'arôme et de saveur de houblon avec une pointe d'amertume. Comme beaucoup de ceux qui lisent ceci peuvent le savoir, 3-Way IPA est une collaboration estivale saisonnière et annuelle organisée par Fort George. Il est disponible à la pression et en canettes de juin à septembre.

La demande pour la version 3-Way de cette année était décrochée et il y a eu une grande déception lorsque l'offre s'est épuisée. Les chiffres de Fort George confirment que 2014 3-Way a surpassé la version 2013 par une large marge. Il y aura deux nouvelles brasseries dans le mix en 2015. Peu importe qui elles sont, nous ne pouvons qu'espérer que la bière soit aussi bonne qu'en 2014.

Voleur de l'année
J'emprunte le thème "Rogue" à Semaine Willamette. Certains pourraient aimer si je doigte WW le scribe de la bière Martin Cizmar pour son histoire sur Dean's Scene, qui a conduit de manière détournée à la fermeture du lieu pendant un certain temps. Mais les problèmes qui ont conduit l'OLCC à fermer Dean's Scene étaient la faute du propriétaire, pas celle de Cizmar. Alors il est sorti.

My Rogue pour 2014 (ou toute autre année) est une entreprise qui a refusé d'envisager de faire de la bonne bière. Au lieu de cela, il a travaillé avec diligence pour garder la bière artisanale hors des étagères des magasins et loin des robinets des tavernes et des restaurants. Il a créé de fausses marques artisanales et utilisé des prix prédateurs pour intimider la bière artisanale. Aujourd'hui, confrontée à une forte baisse de la demande pour ses propres marques chancelantes, l'entreprise a eu recours à l'achat de marques artisanales. Cette société, bien sûr, est Anheuser-Busch.

De nombreux habitants de l'Oregon ont été consternés lorsqu'ils ont appris qu'Anheuser-Busch avait acheté Bend's 10 Barrel Brewing. C'était normal d'être consterné, mais pas surpris. Anheuser-Busch s'intéresse moins à la bière qu'à la logistique et au marketing depuis un certain temps. Ils se spécialisent dans l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement et les campagnes de marketing. La bonne bière n'est pas dans leur ADN, ce qui signifie qu'ils doivent sortir et l'acheter. Ainsi, l'accord d'achat de 10 barils. Et avant ça, Goose Island. Il y en aura d'autres.

Il y a ceux qui disent que ces rachats ne sont pas une mauvaise chose, que Goose Island et 10 Barrel vont très bien se passer sous l'aile AB. Peut-être. Mais la bière artisanale dans sa forme la plus pure et sans doute la meilleure est petite, indépendante et locale. Je ne peux m'empêcher de craindre que le partenariat avec une entreprise dont les principaux domaines d'expertise sont la réduction des coûts et le marketing prédateur ne soit peut-être pas de bon augure pour l'industrie. Nous verrons.

En avant et vers le haut
J'hésite à faire des pronostics pour l'année à venir en bière. Nous verrons sans aucun doute une continuation de la folie qui a caractérisé la scène de la bière de l'Oregon ces dernières années. Cela signifie plus de brasseries, plus de taprooms, plus d'entreprises centrées sur la bière et bien d'autres événements pour soutenir tout cela. Je n'ai aucune idée de la direction que prend ce train, mais c'est intéressant et amusant d'observer l'évolution.

Où que votre voyage vous mène, assurez-vous de déguster de bonnes bières en cours de route.


Brasserie BTU Cuisine chinoise et brasserie à venir à NE Sandy - Recettes

À peine le papier d'emballage a-t-il touché le sol le jour de Noël que les meilleures listes de 2014 ont commencé à s'accumuler. celui de l'Oregon l'encart de revue de l'année, y compris la colonne Year in Beer de John Foyston, est arrivé le lendemain de Noël. Vous ne voulez pas laisser ces listes s'attarder. vous pourriez vous faire ramasser.

Ce fut sans aucun doute une année folle pour la bière à Portland et en Oregon. Nous avons vu un certain nombre de nouvelles brasseries, taprooms et entreprises axées sur la bière ouvrir leurs portes. La production et la part de marché ont continué de croître. L'abandon des styles traditionnels s'est poursuivi, tout comme le blitz ininterrompu de soi-disant « événements spéciaux ». Ce sont des temps fous pour la bière artisanale, ou comme vous préférez l'appeler.

Tendance intéressante
Nous avons vu un grand nombre de brasseries et d'entreprises axées sur la bière ouvrir au cours des dernières années. La grande majorité de ces lieux avaient des origines locales. Cela est en train de changer avec l'arrivée de lieux comme Fat Heads et Yard House, dont les origines corporatives se situent en dehors de l'Oregon.

Certains ont décrit cela comme un symptôme d'une industrie en pleine maturité, et c'est peut-être ce que c'est. Mais l'industrie de la bière artisanale de l'Oregon est en grande partie locale et j'ai eu du mal à voir beaucoup de valeur dans les sacs à tapis qui arrivent en ville depuis l'extérieur de l'État et s'installent.

Ensuite, j'ai passé du temps à parler à Josh Grgas lors de la récente fête d'anniversaire de The Commons. Il a suggéré que ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée d'ouvrir des endroits comme Fat Heads et Yard House ici. Pourquoi? Parce que les endroits qui brassent ou servent de la bonne bière sont bons pour la culture de la bière. ils augmentent la concurrence et mettent la pression sur les endroits qui ne font pas du bon travail avec la bière.

Je suppose que nous verrons plus d'entreprises centrées sur la bière, dont certaines sont des bagbaggers, ouvrir à Portland. Nous sommes le premier marché de bière artisanale du pays et il y a ici des opportunités pour les endroits qui le font bien. Ceux qui produisent ou servent de la bière marginale feront un meilleur travail ou fermeront. Je suppose que ce n'est pas une mauvaise chose, même si je crains que nous n'atteignions finalement un point de saturation où il est difficile pour quiconque de faire des bénéfices. Mais peu importe.

Meilleure brasserie
La question que je reçois le plus souvent est « Quelle est votre brasserie préférée ? » Ce n'est pas une question injuste. Mais la réalité pour moi, c'est que je passe moins de temps dans les brasseries qu'avant. J'ai tendance à privilégier les taprooms où je peux déguster une large gamme de bières. N'en déplaise aux brasseries, où j'ai de nombreux amis et amis, mais les taprooms me conviennent mieux ces jours-ci.

Quand je pense à une "meilleure brasserie", je recherche la qualité, la créativité et la variété. Sous la direction de Ben Edmunds, Breakside Brewing a produit de très belles bières de saison et de spécialité (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout et La Tormenta) pour accompagner leurs excellents standards (Pilsner, IPA, etc.). remportant des médailles GABF avec leurs deux IPA.

Breakside obtient donc mon vote pour la meilleure brasserie cette année. Les avis seront différents.

Meilleure bière
Pour être considérée comme ma bière de l'année, une bière doit avoir une distribution suffisamment large pour pouvoir être trouvée dans les magasins et/ou les pubs. Les bières dont la production est extrêmement limitée et qui ne sont généralement pas accessibles au public ne sont pas prises en compte ici. Je pourrais citer de nombreux exemples, mais je ne le ferai pas.

Mon choix comme bière de l'année est 3-Way IPA, une collaboration entre Fort George, Block 15 et Boneyard Beer. La bière combinait un éclat d'arôme et de saveur de houblon avec une pointe d'amertume. Comme beaucoup de ceux qui lisent ceci peuvent le savoir, 3-Way IPA est une collaboration estivale saisonnière et annuelle organisée par Fort George. Il est disponible à la pression et en canettes de juin à septembre.

La demande pour la version 3-Way de cette année était décrochée et il y a eu une grande déception lorsque l'offre s'est épuisée. Les chiffres de Fort George confirment que 2014 3-Way a surpassé la version 2013 par une large marge. Il y aura deux nouvelles brasseries dans le mix en 2015. Peu importe qui elles sont, nous ne pouvons qu'espérer que la bière soit aussi bonne qu'en 2014.

Voleur de l'année
J'emprunte le thème "Rogue" à Semaine Willamette. Certains pourraient aimer si je doigte WW le scribe de la bière Martin Cizmar pour son histoire sur Dean's Scene, qui a conduit de manière détournée à la fermeture du lieu pendant un certain temps. Mais les problèmes qui ont conduit l'OLCC à fermer Dean's Scene étaient la faute du propriétaire, pas celle de Cizmar. Alors il est sorti.

My Rogue pour 2014 (ou toute autre année) est une entreprise qui a refusé d'envisager de faire de la bonne bière. Au lieu de cela, il a travaillé avec diligence pour garder la bière artisanale hors des étagères des magasins et loin des robinets des tavernes et des restaurants. Il a créé de fausses marques artisanales et utilisé des prix prédateurs pour intimider la bière artisanale. Aujourd'hui, confrontée à une forte baisse de la demande pour ses propres marques chancelantes, l'entreprise a eu recours à l'achat de marques artisanales. Cette société, bien sûr, est Anheuser-Busch.

Beaucoup dans l'Oregon ont été consternés lorsqu'ils ont appris qu'Anheuser-Busch avait acheté Bend's 10 Barrel Brewing. C'était normal d'être consterné, mais pas surpris. Anheuser-Busch s'intéresse moins à la bière qu'à la logistique et au marketing depuis un certain temps. Ils se spécialisent dans l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement et les campagnes de marketing. La bonne bière n'est pas dans leur ADN, ce qui signifie qu'ils doivent sortir et l'acheter. Ainsi, l'accord d'achat de 10 barils. Et avant ça, Goose Island. Il y en aura d'autres.

Il y a ceux qui disent que ces rachats ne sont pas une mauvaise chose, que Goose Island et 10 Barrel vont très bien se passer sous l'aile AB. Peut-être. Mais la bière artisanale dans sa forme la plus pure et sans doute la meilleure est petite, indépendante et locale. Je ne peux m'empêcher de craindre que le partenariat avec une entreprise dont les principaux domaines d'expertise sont la réduction des coûts et le marketing prédateur ne soit peut-être pas de bon augure pour l'industrie. Nous verrons.

En avant et vers le haut
J'hésite à faire des pronostics pour l'année à venir en bière. Nous verrons sans aucun doute une continuation de la folie qui a caractérisé la scène de la bière de l'Oregon ces dernières années. Cela signifie plus de brasseries, plus de taprooms, plus d'entreprises centrées sur la bière et bien d'autres événements pour soutenir tout cela. Je n'ai aucune idée de la direction que prend ce train, mais c'est intéressant et amusant d'observer l'évolution.

Où que votre voyage vous mène, assurez-vous de déguster de bonnes bières en cours de route.


Brasserie BTU Cuisine chinoise et brasserie à venir à NE Sandy - Recettes

À peine le papier d'emballage a-t-il touché le sol le jour de Noël que les meilleures listes de 2014 ont commencé à s'accumuler. celui de l'Oregon l'encart de revue de l'année, y compris la colonne Year in Beer de John Foyston, est arrivé le lendemain de Noël. Vous ne voulez pas laisser ces listes s'attarder. vous pourriez vous faire ramasser.

Ce fut sans aucun doute une année folle pour la bière à Portland et en Oregon. Nous avons vu un certain nombre de nouvelles brasseries, taprooms et entreprises axées sur la bière ouvrir leurs portes. La production et la part de marché ont continué de croître. L'abandon des styles traditionnels s'est poursuivi, tout comme le blitz ininterrompu de soi-disant « événements spéciaux ». Ce sont des temps fous pour la bière artisanale, ou comme vous préférez l'appeler.

Tendance intéressante
Nous avons vu un grand nombre de brasseries et d'entreprises axées sur la bière ouvrir au cours des dernières années. La grande majorité de ces lieux avaient des origines locales. Cela est en train de changer avec l'arrivée de lieux comme Fat Heads et Yard House, dont les origines corporatives se situent en dehors de l'Oregon.

Certains ont décrit cela comme un symptôme d'une industrie en pleine maturité, et c'est peut-être ce que c'est. Mais l'industrie de la bière artisanale de l'Oregon est en grande partie locale et j'ai eu du mal à voir beaucoup de valeur dans les sacs à tapis qui arrivent en ville depuis l'extérieur de l'État et s'installent.

Ensuite, j'ai passé du temps à parler à Josh Grgas lors de la récente fête d'anniversaire de The Commons. Il a suggéré que ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée d'ouvrir des endroits comme Fat Heads et Yard House ici. Pourquoi? Parce que les endroits qui brassent ou servent de la bonne bière sont bons pour la culture de la bière. ils augmentent la concurrence et mettent la pression sur les endroits qui ne font pas du bon travail avec la bière.

Je suppose que nous verrons plus d'entreprises centrées sur la bière, dont certaines sont des bagbaggers, ouvrir à Portland. Nous sommes le premier marché de bière artisanale du pays et il y a ici des opportunités pour les endroits qui le font bien. Ceux qui produisent ou servent de la bière marginale feront un meilleur travail ou fermeront. Je suppose que ce n'est pas une mauvaise chose, même si je crains que nous n'atteignions finalement un point de saturation où il est difficile pour quiconque de faire des bénéfices. Mais peu importe.

Meilleure brasserie
La question que je reçois le plus souvent est « Quelle est votre brasserie préférée ? » Ce n'est pas une question injuste. Mais la réalité pour moi, c'est que je passe moins de temps dans les brasseries qu'avant. J'ai tendance à privilégier les taprooms où je peux déguster une large gamme de bières. N'en déplaise aux brasseries, où j'ai de nombreux amis et amis, mais les taprooms me conviennent mieux ces jours-ci.

Quand je pense à une "meilleure brasserie", je recherche la qualité, la créativité et la variété. Sous la direction de Ben Edmunds, Breakside Brewing a produit de très belles bières de saison et de spécialité (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout et La Tormenta) pour accompagner leurs excellents standards (Pilsner, IPA, etc.). remportant des médailles GABF avec leurs deux IPA.

Breakside obtient donc mon vote pour la meilleure brasserie cette année. Les avis seront différents.

Meilleure bière
Pour être considérée comme ma bière de l'année, une bière doit avoir une distribution suffisamment large pour pouvoir être trouvée dans les magasins et/ou les pubs. Les bières dont la production est extrêmement limitée et qui ne sont généralement pas accessibles au public ne sont pas prises en compte ici. Je pourrais citer de nombreux exemples, mais je ne le ferai pas.

Mon choix comme bière de l'année est 3-Way IPA, une collaboration entre Fort George, Block 15 et Boneyard Beer. La bière combinait un éclat d'arôme et de saveur de houblon avec une pointe d'amertume. Comme beaucoup de ceux qui lisent ceci peuvent le savoir, 3-Way IPA est une collaboration estivale saisonnière et annuelle organisée par Fort George. Il est disponible à la pression et en canettes de juin à septembre.

La demande pour la version 3-Way de cette année était décrochée et il y a eu une grande déception lorsque l'offre s'est épuisée. Les chiffres de Fort George confirment que 2014 3-Way a surpassé la version 2013 par une large marge. Il y aura deux nouvelles brasseries dans le mix en 2015. Peu importe qui elles sont, nous ne pouvons qu'espérer que la bière soit aussi bonne qu'en 2014.

Voleur de l'année
J'emprunte le thème "Rogue" à Semaine Willamette. Certains pourraient aimer si je doigte WW le scribe de la bière Martin Cizmar pour son histoire sur Dean's Scene, qui a conduit de manière détournée à la fermeture du lieu pendant un certain temps. Mais les problèmes qui ont conduit l'OLCC à fermer Dean's Scene étaient la faute du propriétaire, pas celle de Cizmar. Alors il est sorti.

My Rogue pour 2014 (ou toute autre année) est une entreprise qui a refusé d'envisager de faire de la bonne bière. Au lieu de cela, il a travaillé avec diligence pour garder la bière artisanale hors des étagères des magasins et loin des robinets des tavernes et des restaurants. Il a créé de fausses marques artisanales et utilisé des prix prédateurs pour intimider la bière artisanale. Aujourd'hui, confrontée à une forte baisse de la demande pour ses propres marques chancelantes, l'entreprise a eu recours à l'achat de marques artisanales. Cette société, bien sûr, est Anheuser-Busch.

Beaucoup dans l'Oregon ont été consternés lorsqu'ils ont appris qu'Anheuser-Busch avait acheté Bend's 10 Barrel Brewing. C'était normal d'être consterné, mais pas surpris. Anheuser-Busch s'intéresse moins à la bière qu'à la logistique et au marketing depuis un certain temps. Ils se spécialisent dans l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement et les campagnes de marketing. La bonne bière n'est pas dans leur ADN, ce qui signifie qu'ils doivent sortir et l'acheter. Ainsi, l'accord d'achat de 10 barils. Et avant ça, Goose Island. Il y en aura d'autres.

Il y a ceux qui disent que ces rachats ne sont pas une mauvaise chose, que Goose Island et 10 Barrel vont très bien se passer sous l'aile AB. Peut-être. Mais la bière artisanale dans sa forme la plus pure et sans doute la meilleure est petite, indépendante et locale. Je ne peux m'empêcher de craindre que le partenariat avec une entreprise dont les principaux domaines d'expertise sont la réduction des coûts et le marketing prédateur ne soit peut-être pas de bon augure pour l'industrie. Nous verrons.

En avant et vers le haut
J'hésite à faire des pronostics pour l'année à venir en bière. Nous verrons sans aucun doute une continuation de la folie qui a caractérisé la scène de la bière de l'Oregon ces dernières années. Cela signifie plus de brasseries, plus de taprooms, plus d'entreprises centrées sur la bière et bien d'autres événements pour soutenir tout cela. I have no idea where this train is headed, but it's interesting and fun to watch the evolution.

Wherever your journey takes you, be sure to enjoy some good beers along the way.


BTU Brasserie Chinese Food & Brewery Coming to NE Sandy - Recipes

No sooner had the wrapping paper hit the floor on Christmas Day then the best of 2014 lists started piling up. The Oregonian's year in review insert, including John Foyston's Year in Beer column, arrived the day after Christmas. You don't want to let these lists linger. you might get scooped.

It was undoubtedly a crazy year for beer in Portland and Oregon. We saw a number of new breweries, taprooms and beer-centric businesses open their doors. Production and market share continued to grow. The shift away from traditional styles carried on, as did the non-stop blitz of so-called "special events." These are crazy times for craft beer, or whatever you prefer to call it.

Interesting Trend
We've seen a huge number of breweries and beer-centric businesses open during the past few years. The great bulk of those places had local origins. That is now changing with the coming of places like Fat Heads and Yard House, whose corporate origins lie outside Oregon.

Some have described this as a symptom of a maturing industry, and maybe that's what it is. But Oregon's craft beer industry is home grown for the most part and I have had a hard time seeing much value in carpetbaggers who roll into town from out of state and set up shop.

Then I spent some time talking to Josh Grgas at The Commons recent anniversary party. He suggested that perhaps it isn't such a bad idea to have places like Fat Heads and Yard House opening here. Pourquoi? Because places that brew or serve good beer are good for the beer culture. they increase competition and put the squeeze on places that don't do a good job with beer.

My guess is we will see more beer-centric businesses, some of them carpetbaggers, opening in Portland. We are the top craft beer market in the country and there is opportunity here for places that do it right. Those that produce or serve marginal beer will either do a better job or close. I suppose that isn't a bad thing, although I fear we will eventually reach a saturation point where it's tough for anyone to make a profit. But never mind.

Best Brewery
The question I get most often is, "What's your favorite brewery?" It isn't an unfair question. But the reality for me is I spend less time in breweries than I once did. I tend to favor taprooms where I can sample a wide range of beers. No offense to breweries, where I have many friends and frienenemies, but taprooms are a better fit for me these days..

When I think about a "best brewery" I look for quality, creativity and variety. Under Ben Edmunds' direction, Breakside Brewing has produced some really nice seasonals and specialty beers (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout and La Tormenta) to go with their terrific standards (Pilsner, IPA, etc.) They poured it on this year, winning GABF medals with both their IPAs.

So Breakside gets my vote for top brewery this year. Opinions will differ.

Best Beer
To be considered as my beer of the year, a beer needs to have wide enough distribution that it can be found in stores and/or pubs. Beers with extremely limited production that aren't generally available to the public aren't considered here. I could cite many examples, but I won't.

My choice as beer of the year is 3-Way IPA, a collaboration between Fort George, Block 15 and Boneyard Beer. The beer combined a burst of hop aroma and flavor with a twinge of bitterness. As many who read this may know, 3-Way IPA is a summer seasonal and annual collaboration organized by Fort George. It's available on draft and in cans June through September.

The demand for this year's version of 3-Way was off-the-hook and there was great disappointment when the supply ran dry. Numbers from Fort George confirm that 2014 3-Way outsold the 2013 version by a wide margin. There will be two new breweries in the mix in 2015. Regardless of who they are, we can only hope the beer is as good as it was in 2014.

Rogue of the Year
I'm borrowing the 'Rogue" theme from Willamette Week. Some might like it if I fingered WW beer scribe Martin Cizmar for his story on Dean's Scene, which led in a roundabout way to the place being closed for a time. But the issues that resulted in the OLCC effectively shutting down Dean's Scene were the owner's fault, not Cizmar's. So he's out.

My Rogue for 2014 (or any other year) is a company that has refused to consider making good beer. Instead, it has diligently worked to keep craft beer off store shelves and away from tavern and restaurant taps. It has created fake craft brands and used predatory pricing to bully craft beer. Now, faced with steep declines in demand for its own faltering brands, the company has resorted to buying craft brands. That company, of course, is Anheuser-Busch.

Many in Oregon were appalled when they heard Anheuser-Busch had purchased Bend's 10 Barrel Brewing. It was okay to be appalled, but not surprised. Anheuser-Busch has been less about beer and more about logistics and marketing for quite a while. They specialize in supply chain efficiencies and marketing campaigns. Good beer isn't in their DNA, which means they have to go out and buy it. Thus, the deal to purchase 10 Barrel. And before that, Goose Island. There will be others.

There are those who say these buyouts are not a bad thing, that Goose Island and 10 Barrel are going to be just fine under the AB wing. Maybe so. But craft beer in its purest and arguably best form is small, independent and local. I cannot help worry that partnering up with a company whose primary areas of expertise are cost cutting and predatory marketing is perhaps not a good omen for the industry. We shall see.

Onward and Upward
I hesitate to make predictions for the coming year in beer. We will undoubtedly see a continuation of the craziness that has characterized the Oregon beer scene in recent years. That means more breweries, more taprooms, more beer-centric businesses and many more events to support it all. I have no idea where this train is headed, but it's interesting and fun to watch the evolution.

Wherever your journey takes you, be sure to enjoy some good beers along the way.


BTU Brasserie Chinese Food & Brewery Coming to NE Sandy - Recipes

No sooner had the wrapping paper hit the floor on Christmas Day then the best of 2014 lists started piling up. The Oregonian's year in review insert, including John Foyston's Year in Beer column, arrived the day after Christmas. You don't want to let these lists linger. you might get scooped.

It was undoubtedly a crazy year for beer in Portland and Oregon. We saw a number of new breweries, taprooms and beer-centric businesses open their doors. Production and market share continued to grow. The shift away from traditional styles carried on, as did the non-stop blitz of so-called "special events." These are crazy times for craft beer, or whatever you prefer to call it.

Interesting Trend
We've seen a huge number of breweries and beer-centric businesses open during the past few years. The great bulk of those places had local origins. That is now changing with the coming of places like Fat Heads and Yard House, whose corporate origins lie outside Oregon.

Some have described this as a symptom of a maturing industry, and maybe that's what it is. But Oregon's craft beer industry is home grown for the most part and I have had a hard time seeing much value in carpetbaggers who roll into town from out of state and set up shop.

Then I spent some time talking to Josh Grgas at The Commons recent anniversary party. He suggested that perhaps it isn't such a bad idea to have places like Fat Heads and Yard House opening here. Pourquoi? Because places that brew or serve good beer are good for the beer culture. they increase competition and put the squeeze on places that don't do a good job with beer.

My guess is we will see more beer-centric businesses, some of them carpetbaggers, opening in Portland. We are the top craft beer market in the country and there is opportunity here for places that do it right. Those that produce or serve marginal beer will either do a better job or close. I suppose that isn't a bad thing, although I fear we will eventually reach a saturation point where it's tough for anyone to make a profit. But never mind.

Best Brewery
The question I get most often is, "What's your favorite brewery?" It isn't an unfair question. But the reality for me is I spend less time in breweries than I once did. I tend to favor taprooms where I can sample a wide range of beers. No offense to breweries, where I have many friends and frienenemies, but taprooms are a better fit for me these days..

When I think about a "best brewery" I look for quality, creativity and variety. Under Ben Edmunds' direction, Breakside Brewing has produced some really nice seasonals and specialty beers (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout and La Tormenta) to go with their terrific standards (Pilsner, IPA, etc.) They poured it on this year, winning GABF medals with both their IPAs.

So Breakside gets my vote for top brewery this year. Opinions will differ.

Best Beer
To be considered as my beer of the year, a beer needs to have wide enough distribution that it can be found in stores and/or pubs. Beers with extremely limited production that aren't generally available to the public aren't considered here. I could cite many examples, but I won't.

My choice as beer of the year is 3-Way IPA, a collaboration between Fort George, Block 15 and Boneyard Beer. The beer combined a burst of hop aroma and flavor with a twinge of bitterness. As many who read this may know, 3-Way IPA is a summer seasonal and annual collaboration organized by Fort George. It's available on draft and in cans June through September.

The demand for this year's version of 3-Way was off-the-hook and there was great disappointment when the supply ran dry. Numbers from Fort George confirm that 2014 3-Way outsold the 2013 version by a wide margin. There will be two new breweries in the mix in 2015. Regardless of who they are, we can only hope the beer is as good as it was in 2014.

Rogue of the Year
I'm borrowing the 'Rogue" theme from Willamette Week. Some might like it if I fingered WW beer scribe Martin Cizmar for his story on Dean's Scene, which led in a roundabout way to the place being closed for a time. But the issues that resulted in the OLCC effectively shutting down Dean's Scene were the owner's fault, not Cizmar's. So he's out.

My Rogue for 2014 (or any other year) is a company that has refused to consider making good beer. Instead, it has diligently worked to keep craft beer off store shelves and away from tavern and restaurant taps. It has created fake craft brands and used predatory pricing to bully craft beer. Now, faced with steep declines in demand for its own faltering brands, the company has resorted to buying craft brands. That company, of course, is Anheuser-Busch.

Many in Oregon were appalled when they heard Anheuser-Busch had purchased Bend's 10 Barrel Brewing. It was okay to be appalled, but not surprised. Anheuser-Busch has been less about beer and more about logistics and marketing for quite a while. They specialize in supply chain efficiencies and marketing campaigns. Good beer isn't in their DNA, which means they have to go out and buy it. Thus, the deal to purchase 10 Barrel. And before that, Goose Island. There will be others.

There are those who say these buyouts are not a bad thing, that Goose Island and 10 Barrel are going to be just fine under the AB wing. Maybe so. But craft beer in its purest and arguably best form is small, independent and local. I cannot help worry that partnering up with a company whose primary areas of expertise are cost cutting and predatory marketing is perhaps not a good omen for the industry. We shall see.

Onward and Upward
I hesitate to make predictions for the coming year in beer. We will undoubtedly see a continuation of the craziness that has characterized the Oregon beer scene in recent years. That means more breweries, more taprooms, more beer-centric businesses and many more events to support it all. I have no idea where this train is headed, but it's interesting and fun to watch the evolution.

Wherever your journey takes you, be sure to enjoy some good beers along the way.


BTU Brasserie Chinese Food & Brewery Coming to NE Sandy - Recipes

No sooner had the wrapping paper hit the floor on Christmas Day then the best of 2014 lists started piling up. The Oregonian's year in review insert, including John Foyston's Year in Beer column, arrived the day after Christmas. You don't want to let these lists linger. you might get scooped.

It was undoubtedly a crazy year for beer in Portland and Oregon. We saw a number of new breweries, taprooms and beer-centric businesses open their doors. Production and market share continued to grow. The shift away from traditional styles carried on, as did the non-stop blitz of so-called "special events." These are crazy times for craft beer, or whatever you prefer to call it.

Interesting Trend
We've seen a huge number of breweries and beer-centric businesses open during the past few years. The great bulk of those places had local origins. That is now changing with the coming of places like Fat Heads and Yard House, whose corporate origins lie outside Oregon.

Some have described this as a symptom of a maturing industry, and maybe that's what it is. But Oregon's craft beer industry is home grown for the most part and I have had a hard time seeing much value in carpetbaggers who roll into town from out of state and set up shop.

Then I spent some time talking to Josh Grgas at The Commons recent anniversary party. He suggested that perhaps it isn't such a bad idea to have places like Fat Heads and Yard House opening here. Pourquoi? Because places that brew or serve good beer are good for the beer culture. they increase competition and put the squeeze on places that don't do a good job with beer.

My guess is we will see more beer-centric businesses, some of them carpetbaggers, opening in Portland. We are the top craft beer market in the country and there is opportunity here for places that do it right. Those that produce or serve marginal beer will either do a better job or close. I suppose that isn't a bad thing, although I fear we will eventually reach a saturation point where it's tough for anyone to make a profit. But never mind.

Best Brewery
The question I get most often is, "What's your favorite brewery?" It isn't an unfair question. But the reality for me is I spend less time in breweries than I once did. I tend to favor taprooms where I can sample a wide range of beers. No offense to breweries, where I have many friends and frienenemies, but taprooms are a better fit for me these days..

When I think about a "best brewery" I look for quality, creativity and variety. Under Ben Edmunds' direction, Breakside Brewing has produced some really nice seasonals and specialty beers (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout and La Tormenta) to go with their terrific standards (Pilsner, IPA, etc.) They poured it on this year, winning GABF medals with both their IPAs.

So Breakside gets my vote for top brewery this year. Opinions will differ.

Best Beer
To be considered as my beer of the year, a beer needs to have wide enough distribution that it can be found in stores and/or pubs. Beers with extremely limited production that aren't generally available to the public aren't considered here. I could cite many examples, but I won't.

My choice as beer of the year is 3-Way IPA, a collaboration between Fort George, Block 15 and Boneyard Beer. The beer combined a burst of hop aroma and flavor with a twinge of bitterness. As many who read this may know, 3-Way IPA is a summer seasonal and annual collaboration organized by Fort George. It's available on draft and in cans June through September.

The demand for this year's version of 3-Way was off-the-hook and there was great disappointment when the supply ran dry. Numbers from Fort George confirm that 2014 3-Way outsold the 2013 version by a wide margin. There will be two new breweries in the mix in 2015. Regardless of who they are, we can only hope the beer is as good as it was in 2014.

Rogue of the Year
I'm borrowing the 'Rogue" theme from Willamette Week. Some might like it if I fingered WW beer scribe Martin Cizmar for his story on Dean's Scene, which led in a roundabout way to the place being closed for a time. But the issues that resulted in the OLCC effectively shutting down Dean's Scene were the owner's fault, not Cizmar's. So he's out.

My Rogue for 2014 (or any other year) is a company that has refused to consider making good beer. Instead, it has diligently worked to keep craft beer off store shelves and away from tavern and restaurant taps. It has created fake craft brands and used predatory pricing to bully craft beer. Now, faced with steep declines in demand for its own faltering brands, the company has resorted to buying craft brands. That company, of course, is Anheuser-Busch.

Many in Oregon were appalled when they heard Anheuser-Busch had purchased Bend's 10 Barrel Brewing. It was okay to be appalled, but not surprised. Anheuser-Busch has been less about beer and more about logistics and marketing for quite a while. They specialize in supply chain efficiencies and marketing campaigns. Good beer isn't in their DNA, which means they have to go out and buy it. Thus, the deal to purchase 10 Barrel. And before that, Goose Island. There will be others.

There are those who say these buyouts are not a bad thing, that Goose Island and 10 Barrel are going to be just fine under the AB wing. Maybe so. But craft beer in its purest and arguably best form is small, independent and local. I cannot help worry that partnering up with a company whose primary areas of expertise are cost cutting and predatory marketing is perhaps not a good omen for the industry. We shall see.

Onward and Upward
I hesitate to make predictions for the coming year in beer. We will undoubtedly see a continuation of the craziness that has characterized the Oregon beer scene in recent years. That means more breweries, more taprooms, more beer-centric businesses and many more events to support it all. I have no idea where this train is headed, but it's interesting and fun to watch the evolution.

Wherever your journey takes you, be sure to enjoy some good beers along the way.


BTU Brasserie Chinese Food & Brewery Coming to NE Sandy - Recipes

No sooner had the wrapping paper hit the floor on Christmas Day then the best of 2014 lists started piling up. The Oregonian's year in review insert, including John Foyston's Year in Beer column, arrived the day after Christmas. You don't want to let these lists linger. you might get scooped.

It was undoubtedly a crazy year for beer in Portland and Oregon. We saw a number of new breweries, taprooms and beer-centric businesses open their doors. Production and market share continued to grow. The shift away from traditional styles carried on, as did the non-stop blitz of so-called "special events." These are crazy times for craft beer, or whatever you prefer to call it.

Interesting Trend
We've seen a huge number of breweries and beer-centric businesses open during the past few years. The great bulk of those places had local origins. That is now changing with the coming of places like Fat Heads and Yard House, whose corporate origins lie outside Oregon.

Some have described this as a symptom of a maturing industry, and maybe that's what it is. But Oregon's craft beer industry is home grown for the most part and I have had a hard time seeing much value in carpetbaggers who roll into town from out of state and set up shop.

Then I spent some time talking to Josh Grgas at The Commons recent anniversary party. He suggested that perhaps it isn't such a bad idea to have places like Fat Heads and Yard House opening here. Pourquoi? Because places that brew or serve good beer are good for the beer culture. they increase competition and put the squeeze on places that don't do a good job with beer.

My guess is we will see more beer-centric businesses, some of them carpetbaggers, opening in Portland. We are the top craft beer market in the country and there is opportunity here for places that do it right. Those that produce or serve marginal beer will either do a better job or close. I suppose that isn't a bad thing, although I fear we will eventually reach a saturation point where it's tough for anyone to make a profit. But never mind.

Best Brewery
The question I get most often is, "What's your favorite brewery?" It isn't an unfair question. But the reality for me is I spend less time in breweries than I once did. I tend to favor taprooms where I can sample a wide range of beers. No offense to breweries, where I have many friends and frienenemies, but taprooms are a better fit for me these days..

When I think about a "best brewery" I look for quality, creativity and variety. Under Ben Edmunds' direction, Breakside Brewing has produced some really nice seasonals and specialty beers (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout and La Tormenta) to go with their terrific standards (Pilsner, IPA, etc.) They poured it on this year, winning GABF medals with both their IPAs.

So Breakside gets my vote for top brewery this year. Opinions will differ.

Best Beer
To be considered as my beer of the year, a beer needs to have wide enough distribution that it can be found in stores and/or pubs. Beers with extremely limited production that aren't generally available to the public aren't considered here. I could cite many examples, but I won't.

My choice as beer of the year is 3-Way IPA, a collaboration between Fort George, Block 15 and Boneyard Beer. The beer combined a burst of hop aroma and flavor with a twinge of bitterness. As many who read this may know, 3-Way IPA is a summer seasonal and annual collaboration organized by Fort George. It's available on draft and in cans June through September.

The demand for this year's version of 3-Way was off-the-hook and there was great disappointment when the supply ran dry. Numbers from Fort George confirm that 2014 3-Way outsold the 2013 version by a wide margin. There will be two new breweries in the mix in 2015. Regardless of who they are, we can only hope the beer is as good as it was in 2014.

Rogue of the Year
I'm borrowing the 'Rogue" theme from Willamette Week. Some might like it if I fingered WW beer scribe Martin Cizmar for his story on Dean's Scene, which led in a roundabout way to the place being closed for a time. But the issues that resulted in the OLCC effectively shutting down Dean's Scene were the owner's fault, not Cizmar's. So he's out.

My Rogue for 2014 (or any other year) is a company that has refused to consider making good beer. Instead, it has diligently worked to keep craft beer off store shelves and away from tavern and restaurant taps. It has created fake craft brands and used predatory pricing to bully craft beer. Now, faced with steep declines in demand for its own faltering brands, the company has resorted to buying craft brands. That company, of course, is Anheuser-Busch.

Many in Oregon were appalled when they heard Anheuser-Busch had purchased Bend's 10 Barrel Brewing. It was okay to be appalled, but not surprised. Anheuser-Busch has been less about beer and more about logistics and marketing for quite a while. They specialize in supply chain efficiencies and marketing campaigns. Good beer isn't in their DNA, which means they have to go out and buy it. Thus, the deal to purchase 10 Barrel. And before that, Goose Island. There will be others.

There are those who say these buyouts are not a bad thing, that Goose Island and 10 Barrel are going to be just fine under the AB wing. Maybe so. But craft beer in its purest and arguably best form is small, independent and local. I cannot help worry that partnering up with a company whose primary areas of expertise are cost cutting and predatory marketing is perhaps not a good omen for the industry. We shall see.

Onward and Upward
I hesitate to make predictions for the coming year in beer. We will undoubtedly see a continuation of the craziness that has characterized the Oregon beer scene in recent years. That means more breweries, more taprooms, more beer-centric businesses and many more events to support it all. I have no idea where this train is headed, but it's interesting and fun to watch the evolution.

Wherever your journey takes you, be sure to enjoy some good beers along the way.


BTU Brasserie Chinese Food & Brewery Coming to NE Sandy - Recipes

No sooner had the wrapping paper hit the floor on Christmas Day then the best of 2014 lists started piling up. The Oregonian's year in review insert, including John Foyston's Year in Beer column, arrived the day after Christmas. You don't want to let these lists linger. you might get scooped.

It was undoubtedly a crazy year for beer in Portland and Oregon. We saw a number of new breweries, taprooms and beer-centric businesses open their doors. Production and market share continued to grow. The shift away from traditional styles carried on, as did the non-stop blitz of so-called "special events." These are crazy times for craft beer, or whatever you prefer to call it.

Interesting Trend
We've seen a huge number of breweries and beer-centric businesses open during the past few years. The great bulk of those places had local origins. That is now changing with the coming of places like Fat Heads and Yard House, whose corporate origins lie outside Oregon.

Some have described this as a symptom of a maturing industry, and maybe that's what it is. But Oregon's craft beer industry is home grown for the most part and I have had a hard time seeing much value in carpetbaggers who roll into town from out of state and set up shop.

Then I spent some time talking to Josh Grgas at The Commons recent anniversary party. He suggested that perhaps it isn't such a bad idea to have places like Fat Heads and Yard House opening here. Pourquoi? Because places that brew or serve good beer are good for the beer culture. they increase competition and put the squeeze on places that don't do a good job with beer.

My guess is we will see more beer-centric businesses, some of them carpetbaggers, opening in Portland. We are the top craft beer market in the country and there is opportunity here for places that do it right. Those that produce or serve marginal beer will either do a better job or close. I suppose that isn't a bad thing, although I fear we will eventually reach a saturation point where it's tough for anyone to make a profit. But never mind.

Best Brewery
The question I get most often is, "What's your favorite brewery?" It isn't an unfair question. But the reality for me is I spend less time in breweries than I once did. I tend to favor taprooms where I can sample a wide range of beers. No offense to breweries, where I have many friends and frienenemies, but taprooms are a better fit for me these days..

When I think about a "best brewery" I look for quality, creativity and variety. Under Ben Edmunds' direction, Breakside Brewing has produced some really nice seasonals and specialty beers (Passionfruit Sour Ale, Salted Caramel Stout and La Tormenta) to go with their terrific standards (Pilsner, IPA, etc.) They poured it on this year, winning GABF medals with both their IPAs.

So Breakside gets my vote for top brewery this year. Opinions will differ.

Best Beer
To be considered as my beer of the year, a beer needs to have wide enough distribution that it can be found in stores and/or pubs. Beers with extremely limited production that aren't generally available to the public aren't considered here. I could cite many examples, but I won't.

My choice as beer of the year is 3-Way IPA, a collaboration between Fort George, Block 15 and Boneyard Beer. The beer combined a burst of hop aroma and flavor with a twinge of bitterness. As many who read this may know, 3-Way IPA is a summer seasonal and annual collaboration organized by Fort George. It's available on draft and in cans June through September.

The demand for this year's version of 3-Way was off-the-hook and there was great disappointment when the supply ran dry. Numbers from Fort George confirm that 2014 3-Way outsold the 2013 version by a wide margin. There will be two new breweries in the mix in 2015. Regardless of who they are, we can only hope the beer is as good as it was in 2014.

Rogue of the Year
I'm borrowing the 'Rogue" theme from Willamette Week. Some might like it if I fingered WW beer scribe Martin Cizmar for his story on Dean's Scene, which led in a roundabout way to the place being closed for a time. But the issues that resulted in the OLCC effectively shutting down Dean's Scene were the owner's fault, not Cizmar's. So he's out.

My Rogue for 2014 (or any other year) is a company that has refused to consider making good beer. Instead, it has diligently worked to keep craft beer off store shelves and away from tavern and restaurant taps. It has created fake craft brands and used predatory pricing to bully craft beer. Now, faced with steep declines in demand for its own faltering brands, the company has resorted to buying craft brands. That company, of course, is Anheuser-Busch.

Many in Oregon were appalled when they heard Anheuser-Busch had purchased Bend's 10 Barrel Brewing. It was okay to be appalled, but not surprised. Anheuser-Busch has been less about beer and more about logistics and marketing for quite a while. They specialize in supply chain efficiencies and marketing campaigns. Good beer isn't in their DNA, which means they have to go out and buy it. Thus, the deal to purchase 10 Barrel. And before that, Goose Island. There will be others.

There are those who say these buyouts are not a bad thing, that Goose Island and 10 Barrel are going to be just fine under the AB wing. Maybe so. But craft beer in its purest and arguably best form is small, independent and local. I cannot help worry that partnering up with a company whose primary areas of expertise are cost cutting and predatory marketing is perhaps not a good omen for the industry. We shall see.

Onward and Upward
I hesitate to make predictions for the coming year in beer. We will undoubtedly see a continuation of the craziness that has characterized the Oregon beer scene in recent years. That means more breweries, more taprooms, more beer-centric businesses and many more events to support it all. I have no idea where this train is headed, but it's interesting and fun to watch the evolution.

Wherever your journey takes you, be sure to enjoy some good beers along the way.


Voir la vidéo: Enquête dans les arrières cuisines des restaurants chinois (Août 2022).